برای رزرو جا اینجا کلیک کنید Achetez vos places 

 

Hossein Alizâdeh, târ, setâr

Madjid Khaladj, tombak, daf

 

Lors d'une improvisation, le musicien iranien, comme tous ceux qui pratiquent cette forme de création est tenu de respecter l'esprit du "radif", ce répertoire transmis "de poitrine à poitrine", le sentiment modal, une certaine "logique" dans la montée de l'émotion, de sa naissance fragile à sa mutation ou à sa dilution imperceptible, en passant par son épanouissement, voir ses "pics". Autant dire que l'improvisation digne de ce nom n'est pas donnée au premier musicien venu. Surtout si, comme c'est le cas avec Hossein Alizâdeh et Madjid Khaladj, les musiciens improvisent en duo, sans avoir rien décidé à l'avance, sans filet en quelque sorte. Ils en sont capables, on le sait depuis qu'on les écoute jouer ensemble en concert ou sur de prestigieux disques. Maîtrise technique mais jamais montrée comme telle, connaissance approfondie de la musique persane, sens inné de l'ornementation, inspiration permanente, ils partagent la même conception de la musique, la même démarche personnelle, méditative, quasi mystique. Cela explique cette parfaite communion qui saute à l'oreille, même occidentale, cette magie musicale où l'on ne sait plus qui, de la mélodie ou du rythme, induit et entraîne l'autre.

Jean-Louis Mingalon

"LE MONDE"

 

Biographies des artistes

-------------------------------------

Hossein Alizâdeh

Né en 1951 à Téhéran (Iran), Hossein Alizâdeh étudie la musique dès l'enfance au conservatoire puis poursuit sa formation à la faculté des Beaux Arts de l'Université de Téhéran. Parallèlement à cette formation académique, Alizâdeh bénéficie des cours de maîtres prestigieux, tels Broumand, Davami, Karimi et Foroutan. Il débute sa carrière professionnelle à quinze ans et dès dix-neuf ans il devient le directeur de l'Ensemble de Musique Traditionnelle de la Radio Télévision Iranienne. Alizâdeh a oeuvré depuis toujours à faire évoluer la musique iranienne. C'est ainsi que parallèlement à l'approfondissement de ses connaissances sur le répertoire classique et à l'étude historique de son évolution, il a introduit de nouvelles théories tant dans les techniques d'improvisation que dans la composition qu'il évoque lors de ses interventions dans les universités européennes et américaines. Ainsi il est pour beaucoup dans l'émergence d'une nouvelle génération d'interprètes et de professeurs de musique persane. A l'issue de 30 années d'activité et de création, Hossein Alizâdeh est reconnu aujourd'hui comme un des pionniers les plus marquants de la musique traditionnelle iranienne. Maître incontesté de Târ et Sétâr, ses talents de soliste et de compositeur ont été reconnus par les meilleurs critiques. On peut citer à titre d’exemple sa collaboration avec Maurice Béjart en compagnie de l'Orchestre de la Télévision Iranienne, ainsi que de nombreux concerts dans les  radios européennes et américaines. 

www.hosseinalizadeh.net

 

Madjid Khaladj

Né à Qazvin (Iran) en 1962, « Le percussionniste le plus passionnant de la musique savante persane (Le Monde) », maître-musicien traditionnel et pédagogue reconnu dans le monde entier. Il a enseigné les percussions iraniennes au CEMO, à l’institut de Musicologie de Paris-Sorbonne. Depuis 1998, il est professeur invité à l’Académie de Musique de la ville de Bâle en Suisse et à la Cité de la Musique à Paris. Il a collaboré avec les plus grands maîtres de la musique persane et a réalisé des compositions pour le cinéma hollywoodien notamment avec Ry Cooder et Lisa Gerrard. Il a également collaboré avec Peter Brook en vu de réalisation des compositions musicales sur les textes de Tierno Bokar. Ses innombrables concerts à travers le monde sont d’authentiques tableaux musicaux. Il a de nombreuses publications à son actif.

www.madjidkhaladj.net